Navigation und Service

Inhalt

La chancelière en Lituanie

Fort partenariat avec les pays baltes

Lors de son entretien avec la présidente lituanienne, la chancelière fédérale a rendu hommage aux relations entre les deux pays. Elle a également rencontré les chefs de gouvernement de Lituanie, de Lettonie et d’Estonie et est allée à la rencontre des soldats allemands du bataillon multinational de l’OTAN.

La chancelière fédérale Angela Merkel marche aux côtés de la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite Lors de son entretien avec la présidente lituanienne, la chancelière fédérale a souligné les liens étroits existant entre les deux pays Foto: Bundesregierung/Kugler

L’Allemagne entretient des relations amicales avec la Lituanie. Les économies des deux États sont étroitement liées et les deux pays coopèrent également au sein de l’OTAN, a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel dans la capitale, Vilnius.

Cette année, la Lituanie célèbre le 100e anniversaire de son indépendance. C’est aussi pour cette raison que la chancelière fédérale s’y est rendue. Pour l’Allemagne, il est « très émouvant de pouvoir remettre à la Lituanie le document actant l’indépendance du pays ». Cela symbolise les relations étroites et amicales entre Berlin et Vilnius « tant au niveau des échanges bilatéraux que dans les discussions sur des dossiers internationaux », a indiqué Angela Merkel.

Un partenariat économique étroit

Les économies des deux pays sont étroitement imbriquées comme en témoignent la multitude d’entreprises allemandes ayant élu domicile en Lituanie et l’émergence de nouveaux emplois qui en découle, a souligné la chancelière. « Mais cela montre aussi que les jeunes, en particulier en Lituanie, ont la possibilité, grâce à une bonne formation professionnelle, de construire leur vie dans ce pays. »

De bonnes relations avec la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie

Après son entretien avec la présidente lituanienne Dalia Grybauskaité, la chancelière fédérale s’est entretenue avec le premier ministre lituanien Saulius Skvernelis. Elle a ensuite également rencontré le premier ministre letton Māris Kučinskis ainsi que le premier ministre estonien Jüri Ratas. À l’issue de ses entretiens, Angela Merkel a souligné les très bons contacts bilatéraux « entre les individus de nos pays sur les plans économique et culturel, mais aussi au niveau politique ».

L’Allemagne et les pays baltes s’accordent à dire « que seule une Europe forte peut jouer son rôle dans le monde, que seule une Europe forte peut également sauvegarder ses valeurs et que ce n’est qu’ensemble que nous pourrons parvenir à assurer notre défense et notre sécurité », a martelé la chancelière.

Visite du commandement de l’OTAN

À la suite des entretiens politiques, la chancelière fédérale a visité le commandement stationné en Lituanie du « Enhanced Forward Presence Battle Group » (groupement tactique de la présence avancée renforcée de l’OTAN). À cette occasion, elle a rencontré le ministre de la Défense lituanien, Raimondas Karoblis, et le commandant du contingent allemand, le lieutenant-colonel René Braun.

Lors de sa visite du bataillon multinational de l’OTAN à Rukla, Angela Merkel a pu se faire une idée du travail et des défis sur le terrain, et a rencontré des soldats qui y sont stationnés. Ces derniers sont « acceptés et reconnus ». La chancelière les a remerciés pour leur engagement : « Je sais que, même dans les meilleures conditions qui soient, le fait d’être loin de son pays et de sa famille des mois durant représente toujours une épreuve. »

Angela Merkel a déclaré que le stationnement de soldats allemands en Lituanie était également un symbole des relations étroites entre les deux pays. « En tant que nation encadrante, l’Allemagne se tient à disposition pour faire valoir la présence avancée renforcée de l’OTAN ici en Lituanie », a souligné Angela Merkel.

L’engagement de l’OTAN en Lituanie fait partie des mesures décidées par l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord en réaction à la crise en Ukraine et aux événements en Crimée. L’Allemagne est à la tête du groupement tactique multinational. Outre l’Allemagne participent également actuellement à ce projet les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la République tchèque, la Norvège et l’Islande. Quelque 550 soldats allemands sont actuellement stationnés sur place, et le groupement multinational comprend plus de 1 200 soldats. L’accent est mis sur la formation commune qui débouche sur des exercices multinationaux.

Freitag, 14. September 2018

Seitenübersicht

Beiträge