Navigation et services

Sommaire

Europe

Consolidation et réformes

À l’issue de la récession qui s’est poursuivie en 2012, l’économie de l’Union européenne devrait progressivement se stabiliser au deuxième semestre de 2013. La croissance devrait ensuite s’intensifier encore davantage en 2014. Telles sont les prévisions de printemps de la Commission de l'Union européenne.

Fabrication de jouets en Hongrie Surmonter la crise du chômage en Europe Photo: picture alliance / dpa

La Commission prévoit pour 2013 un nouveau repli du PIB de -0,1 % en Europe et de -0,4 % dans la zone euro. En 2014, l’activité économique devrait croître de 1,4 % dans l’ensemble de l’UE et de 1,2 % dans la zone euro.

« Nous devons tout mettre en œuvre pour surmonter la crise du chômage qui frappe l’Europe en conséquence de la longue récession qu’elle a traversée », a déclaré Olli Rehn, vice-président de la Commission. L’ensemble des politiques mises en œuvre au niveau de l’UE met l’accent sur la croissance à long terme et sur la création d’emplois. L’Union européenne doit poursuivre la consolidation budgétaire à un rythme légèrement plus lent. Parallèlement, les réformes structurelles doivent être intensifiées pour libérer la croissance européenne.

Le gouvernement fédéral est convaincu que la clé pour surmonter la crise qui touche la zone euro réside dans la poursuite résolue de politiques de réforme et de consolidation par les États membres de l’UE.

Les réformes structurelles servent de base à la croissance

Il faut du temps cependant pour que les réformes structurelles importantes produisent leurs effets. C’est pourquoi les États de l’Union européenne ont par exemple réservé des fonds en faveur des réformes durables menées dans le cadre du Pacte pour l'emploi et la stabilité.

Cet argent est destiné notamment à promouvoir les petites et moyennes entreprises (PME) et à donner accès aux jeunes chômeurs à une formation ou un emploi. Le cadre financier pluriannuel de l’Union européenne comprendra également des options permettant de répondre à court terme aux exigences de la crise.

Des efforts récompensés

En 2013, la conjoncture repart en Allemagne. Le marché de l’emploi continue de croître. La situation difficile dans laquelle se trouvent certains pays de l’euro se fait cependant également sentir en Allemagne, surtout dans le domaine des exportations. Les prévisions de printemps de la Commission de l’Union européenne et du gouvernement fédéral sont très proches. Pour 2013, le gouvernement fédéral s’attend à une croissance de 0,5 % et pour l'année suivante, à une croissance de 1,6 %, tandis que la Commission de l’Union européenne prévoit 0,4 % pour 2013 et 1,8 % pour 2014.

Le gouvernement fédéral a étayé les bases de cette évolution positive de façon déterminante. En Allemagne, consolidation budgétaire, réformes structurelles et promotion de la croissance vont en effet de pair.

Le pays a récolté les fruits de sa politique, s’est félicitée Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI).

Deux fois par an, au printemps et à l’automne, la direction générale des affaires économiques et financières (DG ECFIN) de la Commission européenne établit des prévisions économiques à court terme pour les États membres, la zone euro, l'Union européenne (UE), mais aussi pour des pays candidats à l'adhésion et des pays non membres de l’Union européenne. Les prévisions de printemps constituent une base importante pour évaluer l’évolution financière et économique des États membres.

La mission principale de la direction générale est d’encourager la réussite de l’Union économique et monétaire par le biais d'analyses macroéconomiques les plus diverses. Les prévisions sont établies sur un horizon d’au moins deux ans. À l’automne, la direction générale prépare les prévisions pour une année supplémentaire et se réfère à l’année à venir et à l’année en cours.

vendredi, 03. mai 2013

Aperçu des pages

Article