Navigation et services

Sommaire

Récompense

Engagement pour la paix

L’Afghanistan, le Kosovo, le Sud-Soudan, autant de pays dans lesquels l’Allemagne s’engage pour le maintien de la paix. Quelque 6 500 soldats, policiers et civils allemands opèrent actuellement dans le monde entier en tant que gardiens de la paix (peacekeeper). Lors de la première « Journée des gardiens de la paix », neuf d’entre eux ont été récompensés au nom de tous les autres.

Une formatrice de la police forme des femmes et des hommes à devenir policiers Travail de formation de la police allemande en Afghanistan Photo: BMI

À Berlin, le ministre des Affaires étrangères, le ministre de la Défense et le ministre de l’Intérieur ont, pour la première fois, récompensé celles et ceux qui participent aux opérations de maintien de la paix pour leur engagement dans les régions en guerre et en conflit.

Le prix décerné s’inscrit dans le contexte de la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies, au cours de laquelle les forces d’intervention des Nations Unies se voient récompenser pour leurs opérations de maintien de la paix.

De par leur présence commune, les ministres ont voulu souligner que les missions de paix ne pouvaient réussir que si elles étaient bien coordonnées. « Les militaires ne peuvent apporter qu’une contribution », a déclaré le ministre de la Défense, Thomas de Maizière. Il arrive également que les civils ne s’en sortent qu’avec l’aide des militaires.

Des opérations en hausse

La première intervention de l’Allemagne sous mandat des Nations Unies a eu lieu en 1989/1990 dans le cadre du processus d’indépendance de la Namibie.

C’est notamment au cours des dix dernières années que le nombre d’Allemands participant à des opérations internationales du maintien de la paix a fortement augmenté. L’Allemagne assume, conjointement avec ses partenaires, ses responsabilités en termes de sécurité et de paix, et plaide en faveur d’un maintien de la paix commun et global.

Aujourd’hui, des experts allemands participent à plus de 50 opérations internationales. Leurs tâches sont aussi diverses que leurs théâtres d’opération. Ils conseillent le gouvernement du Sud-Soudan dans le cadre de la réforme de la police, forment des troupes afghanes ou apportent leur soutien en matière de droits de l’homme au Kosovo.

Ne serait-ce qu’en 2012, environ 6 000 soldats, 450 policiers ainsi que 200 experts civils allemands étaient présents dans des opérations de maintien de la paix. Ils apportent tous une contribution importante dans le domaine de la prévention et de la gestion des crises.

Coopération pour la préparation et les interventions

« Chaque crise est différente. Chaque crise nécessite une approche individuelle et sur mesure », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle. Seul le travail sous forme de coopération peut réussir.

Depuis le début des années 1990, des militaires, des policiers et des experts civils coopèrent dans les opérations internationales. Ils apportent tous leur contribution. Le prix décerné reflète cette réalité. En effet, il est né d’une initiative interministérielle en collaboration avec le Centre des missions internationales de paix.

Le prix a été remis à trois soldats, trois policiers et trois civils ayant participé à des opérations de maintien de la paix des Nations-Unies, de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Ces derniers sont intervenus en Afghanistan, au Kosovo, au Sud-Soudan et, en partie, dans d’autres régions.

« Nous sommes ici aujourd’hui pour dire merci »

Les ministres ont remercié non seulement les gardiens de la paix, mais également les proches et les amis de ceux qui s’engagent pour une période prolongée dans une mission souvent dangereuse.

Martin Kobler a décrit de façon saisissante l’engagement des « gardiens de la paix ». Le 11 juin, l'envoyé spécial allemand des Nations Unies en Irak a été nommé pour diriger la plus grande opération de maintien de la paix des Nations Unies : la MONUSCO, mission de l'ONU pour la Stabilisation en République démocratique du Congo.

Ne pas se laisser décourager

« Le maintien de la paix n’est pas un métier, c’est une mission », a déclaré M. Kobler. Les revers ne doivent pas non plus nous décourager. Les gardiens de la paix interviennent en cas de cessez-le-feu, d’ouverture des frontières et d’élections. Ils veillent à rétablir la « normalité » dans des pays en conflit.

Malgré toutes les crises, le nombre de conflits armés a diminué dans le monde. Le nombre de coups d’État a également baissé au fil des décennies. Martin Kobler a en outre souligné que l’on n’avait plus de le droit de « détourner les yeux » lorsque des civils sont exposés sans merci à leur gouvernement ou leurs milices.

Le ministre fédéral de l’Intérieur Hans-Peter Friedrich a renvoyé au rôle important joué par la police lors de la mise en place de structures civiles. La population doit avoir confiance en sa police, a-t-il ajouté. Celle-ci doit apprendre à exécuter les tâches de puissance publique telles que les contrôles de personnes ou les perquisitions selon les règles de l’état de droit. Le travail de formation effectué par la police allemande en Afghanistan fixe des critères à cet égard.

Près de 500 invités conviés à la cérémonie au ministère des Affaires étrangères ont rendu hommage aux personnes distinguées. Parmi eux figuraient de nombreux participants, anciens ou encore en service, à des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, de l’Union européenne, de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Outre Martin Kobler qui venait tout juste de prendre la tête, cette semaine, de l’opération de maintien de la paix des Nations Unies dans l'est du Congo, Stefan Feller a également pris part à la cérémonie en tant que conseiller pour les questions de police au Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) des Nations Unies. Le Centre des missions internationales de paix (ZIF) soutient la « Journée des gardiens de la paix ».

mercredi, 12. juin 2013

Aperçu des pages

Article