Navigation et services

Sommaire

Marché européen de l’emploi

Garantie UE pour les jeunes sans emploi

Tous les jeunes vont bénéficier d’une garantie d’emploi ou de formation. Ainsi en ont décidé les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Union européenne réunis à l’occasion de la Conférence européenne de Paris pour l’emploi des jeunes. La chancelière fédérale Angela Merkel a souligné la responsabilité des différents pays dans ce contexte.

Angela Merkel et François Hollande pendant la conférence de presse Conférence de presse avec la chancelière fédérale et le président de la République Photo: Bundesregierung/Denzel

« Quelles perspectives pouvons-nous donner aux jeunes ? Cette question est cruciale pour la viabilité de notre continent et de l’Union européenne », a déclaré la chancelière allemande à l’issue de cette deuxième conférence, la première ayant eu lieu à Berlin. Une grande partie de la lutte contre le chômage des jeunes est selon elle une responsabilité nationale.

Au mois de septembre 2013, l’Union européenne comptait quelque 5,6 millions de moins de 25 ans sans emploi, soit 23,5 % de tous les jeunes. En Grèce (57,3 %) et en Espagne (56,5 %), le chômage des jeunes atteint un niveau record.

Donner des perspectives aux jeunes

Les chefs d’État et de gouvernement avaient pris rendez-vous à Paris pour discuter de la poursuite du processus engagé. Mme Merkel a insisté sur l’importance du réseau européen de services de l’emploi (EURES) qui contribuera à un échange d’expériences sur les systèmes de placement en Europe.

La chancelière a estimé qu’il était important de faire participer les partenaires sociaux au débat. « La politique ne crée pas d’emplois ; ce sont les entreprises et un cadre approprié qui génèrent des emplois », a-t-elle rappelé. Au cours de la conférence, la Banque européenne d’investissement (BEI) a également rendu compte de la situation et noté qu’elle était d’ores et déjà très fortement impliquée dans le processus et que les premiers prêts étaient déjà octroyés.

Mettre en place la garantie jeunesse d’ici 2015

Le président de la République française, François Hollande, a indiqué que la « Garantie pour la jeunesse » serait mise en place « dans les deux prochaines années ». Au cours des débats, trois priorités ont été fixées pour s’attaquer au chômage des jeunes : la formation, l’insertion sur le marché du travail et la création d’entreprises. L’Union européenne veut débloquer une enveloppe de 45 milliards d’euros pour appliquer ces mesures.

Objectifs du dispositif:

- Tous les jeunes de moins de 25 ans, qu’ils soient inscrits au chômage ou non, bénéficient d’une offre de qualité, dans les 4 mois suivant la fin de leur scolarité ou la perte de leur emploi.

- Cette offre doit consister en un emploi, un apprentissage, un stage ou une formation continue et être adaptée aux besoins et à la situation de chacun.

- L’UE complétera les dépenses des États membres concernés au moyen du Fonds social européen (FSE) et des 6 milliards d’euros alloués à l’Initiative pour l’emploi des jeunes.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a exhorté les pays de l’UE à concrétiser d’ici le mois de décembre leurs programmes en matière de lutte contre le chômage des jeunes. Il a assuré pour sa part de la mobilisation de la Commission européenne « pour éviter une génération perdue en Europe ».

Décisions de la conférence de Berlin en juillet dernier

Le 3 juillet 2013, la première conférence sur l’emploi des jeunes avait identifié des tâches spécifiques aux différents niveaux : ministres du travail, services pour l’emploi, partenaires sociaux, BEI et Commission européenne.

Au cours de ce premier échange d’expériences, l’Allemagne avait mis en avant la réussite de son système de formation professionnelle en alternance. Elle a conclu entre-temps avec l’Espagne, l’Italie et le Portugal ses premiers accords bilatéraux destinés à stimuler l’emploi des jeunes.

Lors du sommet de Berlin, il avait également été question de mesures concrètes, notamment de l’amélioration de l’accompagnement dans l’emploi, de l’introduction d’Erasmus+ et de subventionnements temporaires des coûts salariaux. En outre, le gouvernement fédéral avait lancé la « Garantie pour la jeunesse » à l’échelon européen.

mercredi, 13. novembre 2013

Aperçu des pages

Article