Navigation et services

Sommaire

Nouveau cycle de discussion

La chancelière fédérale convie au 1er Forum international sur l’Allemagne

Ce qui est important pour les citoyens doit être une mission pour la politique. Angela Merkel aimerait lancer un nouveau cycle de discussion sur les thèmes et évolutions qui intéressent l’Allemagne ainsi que nombre d’autres pays.

Mme Merkel entourée du public Dialogue sur l’avenir de l’Allemagne : la chancelière allemande discute avec le public à Erfurt Photo: Bundesregierung/Steins

Le 1er forum, qui aura lieu le 5 juin, est intitulé « Ce qui est important pour les citoyens - la qualité de vie et le progrès ». De nombreux pays de par le monde sont confrontés à des défis similaires et aux mêmes possibilités de gérer les nouvelles évolutions : changement démographique, mondialisation, approvisionnement énergétique durable, vie à l’ère du numérique, innovation et croissance, réussite de la vie en commun.

Chaque pays y répondra en fonction de son passé et de sa culture, de son niveau de développement et de son système économique et sociétal. D’un autre côté, nous sommes interdépendants, et les solutions des uns peuvent avoir des répercussions sur beaucoup d’autres, y compris en dehors des frontières nationales.

Un nouveau format de discussion sur les questions d’avenir

La chancelière fédérale veut faire de ce forum un nouveau format de discussion sur les questions d’avenir. Il portera sur des sujets qui concernent de nombreux pays et les réponses données à ces questions serviront à arrêter des choix essentiels pour l’avenir.

Elle a donc invité à Berlin plus de 100 experts internationaux issus de la société civile, du monde scientifique et économique, de la politique et de l’administration. Elle discutera avec eux de l’approche des projets de transformation, de modernisation ou d’innovation dans les domaines social, politique et économique. Le but de ce forum est d’apprendre les uns des autres en faisant connaissance et en s’écoutant mutuellement. Ainsi se créera un réseau d’apprentissage mondial qui apportera un soutien aux échanges d’idées et de stratégies innovantes.

La première partie du forum sera consacrée à la présentation et à la discussion de neuf études de cas, notamment en France, au Bhoutan et aux États-Unis. Au cours de la deuxième partie, douze leaders d’opinion internationaux discuteront avec Mme Merkel de 14h00 à 16h00, puis le cercle s’élargira à d’autres experts qui pourront poser des questions et faire des commentaires.

À partir de 9h30, le forum sera retransmis dans sa totalité en livestream sur les sites Internet www.bundesregierung.de et www.bundeskanzlerin.de ainsi que sur la page web Zukunftsdialog  (« Dialogue sur l’avenir de l’Allemagne »).

Une idée du dialogue sur l’avenir

L’idée de ce forum provient du « Dialogue sur l’avenir de l’Allemagne » lancé par la chancelière fédérale. Du printemps 2011 à l’été 2012, elle avait invité citoyens et experts à lui soumettre des propositions en réponse à la question suivante : « Comment voulons-nous vivre dans cinq à dix ans ? ».

Le thème du forum : « Ce qui est important pour les citoyens – la qualité de vie et le progrès »

Depuis quelques années, les débats nationaux et internationaux s’intensifient autour des questions concernant la qualité de vie et le degré de satisfaction des citoyens. Pour cerner ces questions, de nombreux pays ont recours à des rapports gouvernementaux, à des commissions d’experts et à des dialogues citoyens. Les débats portent notamment sur les sujets suivants :

·      Qu’entendent les citoyens ainsi que les milieux scientifiques, économiques et politiques, dans leur contexte culturel spécifique, par qualité de vie et progrès ?

·      Quel rôle la prospérité matérielle et immatérielle joue-t-elle ?

·      Quelle importance les citoyens et les acteurs économiques, sociaux et politiques donnent-ils à ces objectifs ?

Les rapports sur la qualité de vie dans une région ou un pays donnent des informations sur la situation spécifique de cette région ou de ce pays, ainsi que sur les actions nécessaires et les objectifs gouvernementaux. La participation des citoyens au débat sur la qualité de vie aide, par des processus de dialogue, à formuler une définition sociétale, et en même temps pluraliste, de l’avenir qu’ils souhaitent.

De nombreuses initiatives et discussions

En Allemagne, la qualité de vie et le progrès font débat depuis longtemps dans les milieux scientifiques et économiques, de même qu’au sein de la société, de la politique et des médias.

Le gouvernement de Mme Merkel s’y consacre également depuis des années :

·      À l’automne 2009, la chancelière fédérale et l’ancien président de la République française, Nicolas Sarkozy, ont lancé une initiative commune qui a débouché sur un rapport commun des conseils d’experts des deux pays relatif à une amélioration de la mesure du progrès.

·      Dans le cadre du « Dialogue sur l’avenir de l’Allemagne », Mme Merkel a mené avec les citoyens et les experts un large dialogue sur les questions d’avenir, qui porte également sur la « qualité de vie, la prospérité et le progrès ».

·      Le gouvernement fédéral applique depuis plusieurs années une stratégie nationale de développement durable intégrant la présentation de rapports de synthèse.

·      Le gouvernement fédéral publie régulièrement des rapports mettant l’accent sur des aspects différents, par exemple sur la pauvreté et la richesse, l’éducation ou la stratégie nationale de développement durable.

·      L’Office fédéral de la Statistique et les organismes scientifiques disposent d’une grande quantité de données sur les facteurs subjectifs et objectifs de la qualité et du niveau de vie.

Un réseau d’apprentissage à l’échelle mondiale

Le débat mondial montre que les priorités diffèrent selon les spécificités culturelles, l’histoire du pays et son niveau de développement. Pour les pays peu développés, il est souvent essentiel que leur développement économique soit fondé sur des valeurs et que leur culture soit estimée et vivante. Les pays plus développés accordent, eux, la priorité au bien-être subjectif et à la cohésion sociale, parallèlement au maintien de la prospérité.

Pour progresser, il faut apprendre. Or, pour apprendre, le dialogue est nécessaire. Afin d’assurer un suivi du dialogue en Allemagne et à l’étranger, 40 représentants d’organisations allemandes ou opérant à l’étranger ainsi que des représentants des médias nationaux et internationaux assistent au forum en qualité d’observateurs. Pour intensifier ce dialogue et mettre en place un réseau d’apprentissage à l’échelle mondiale, une préparation et un suivi des thématiques sont prévus en Allemagne et à l’étranger dans la perspective d’autres éditions du « Forum international sur l’Allemagne ». Des organisations gouvernementales et des ONG pourront y prendre part.

Vous pouvez suivre sur Twitter #IGF (International German Forum) les remarques et commentaires des participants au forum.

mercredi, 29. mai 2013

Aperçu des pages

Article