Navigation et services

Sommaire

Conseil européen

Renforcement de la coordination des politiques économiques

Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne (UE) sont convenus d’achever le marché unique numérique d'ici 2015.

La chancelière fédérale Angela Merkel en conversation avec d’autres participants Nécessité de poursuivre les efforts destinés à renforcer la croissance, la compétitivité et l’emploi Photo: Bundesregierung/Bergmann

Le Conseil européen a également abordé la question de la lutte contre le chômage des jeunes ainsi que les allégations d’espionnage par les États-Unis.

Les chefs d’État et de gouvernement des États membres de l’UE ont profité de ce sommet d’octobre pour discuter de manière intensive de l’actualité de la politique européenne. À l’ordre du jour figuraient notamment le renforcement de la compétitivité, lachèvement de l'Union économique et monétaire et la mise en œuvre de l'union bancaire.

La stratégie numérique offre un très grand potentiel en termes de croissance et d’emploi. Les chefs d’État et de gouvernement de l’UE se sont donc entendus pour uniformiser les règlementations dans le domaine du numérique et augmenter les investissements.

Un autre élément important concerne lamélioration des compétences. À cet égard, tous les participants étaient unanimes quant à la nécessité de préparer les élèves, les apprentis et les étudiants aux défis de l'économie numérique. L’objectif est de créer un marché numérique commun au sein duquel les États européens puissent agir ensemble. La chancelière fédérale a déclaré avoir bon espoir que ce projet pourra aboutir d’ici 2015.

En outre, les chefs d’État et de gouvernement se sont accordés à dire que l’Europe est sérieusement attachée à l’administration en ligne (e-government). Il s'agit là aussi d'un important facteur de compétitivité.

L’Europe sort de la crise

Les participants ont constaté que l'économie européenne amorçait une lente reprise mais que les efforts devaient se poursuivre pour consolider la croissance, accroître la compétitivité et créer des emplois.

La politique d’innovation en Europe doit également être dynamisée. Les idées et innovations doivent déboucher plus rapidement sur des produits et services commercialisables. C’est pourquoi la politique de recherche et d’innovation est inscrite tout en haut de lordre du jour de la prochaine réunion du Conseil en 2014.

Renforcement de l’Union économique et monétaire

« Nous sommes d’avis que le système actuel de coordination des politiques économiques, y compris leur dimension sociale, ne suffit pas », a déclaré la chancelière fédérale. Dans la mesure où les moyens et les possibilités d’appliquer les réformes efficacement et de façon contraignante font défaut à l’échelon européen, une « nette amélioration de la coordination des politiques économiques » est nécessaire.

De l’avis de Mme Merkel, les États membres devraient s’engager à mettre en œuvre les recommandations de la Commission européenne. Actuellement, seuls dix pour cent l’ont fait. « Cela ne suffit pas pour une union économique et monétaire, et en particulier pour une union monétaire », a déclaré la chancelière allemande.

Lutter contre le chômage des jeunes

Le Conseil européen s’est à nouveau penché sur la création demplois pour les jeunes. L’objectif est de rendre l’initiative pour l’emploi des jeunes pleinement opérationnelle d’ici janvier 2014. La prochaine étape est la conférence de suivi du sommet pour l’emploi qui avait été organisé à Berlin. Cette conférence se tiendra le 12 novembre à Paris.

Solidarité avec les réfugiés

Le Conseil européen a exprimé sa profonde tristesse devant les tragiques événements survenus récemment en Méditerranée. Il s’agit à présent de renforcer les mesures de l’UE afin que cela ne se reproduise pas. La chancelière fédérale a souligné qu’aucune modification qualitative de la politique européenne en matière d’asile n’était nécessaire. Il importe dorénavant de renforcer la coopération avec les pays d’origine des réfugiés. La task force mise en place par les ministres de l’Intérieur de l’UE est invitée à définir des mesures en ce sens.

Sommet du Partenariat oriental

Les États membres de l’UE accordent une grande importance au Partenariat oriental. Ce dernier joue un rôle crucial dans la construction d'un espace commun de démocratie, de prospérité et de stabilité sur tout le continent européen. La chancelière fédérale s’est montrée convaincue que l’accord d’association avec l’Ukraine pourrait être signé lors du sommet de Vilnius. Les attentes à l’égard de l’Ukraine sont clairement définies, a déclaré Mme Merkel.

Élaborer un cadre pour les activités des services secrets

La question de la protection des données au sein de l’UE ainsi que les activités de la NSA ont également été évoquées. Les 28 États membres ont fait part de leur inquiétude. L’Allemagne et la France ont annoncé l’ouverture de discussions avec les États-Unis. La chancelière fédérale Angela Merkel a déclaré à ce propos : « L’Europe et les États-Unis sont des partenaires. La confiance et le respect doivent cependant constituer le fondement de ce partenariat. »

vendredi, 25. octobre 2013

Aperçu des pages

Article